Les masques protègent

«Le masque me permet de contaminer moins de gens. Mais il réduit aussi le risque que je me contamine moi-même. Bien sûr, il ne faut pas se faire d’illusion : un masque chirurgical n’offre pas une protection parfaite. Mais le simple fait que je me touche moins la bouche et le nez lorsque je porte un masque réduit déjà le risque de contamination.»

Marcel Salathé, épidémiologue à l’EPF Lausanne, Source

En bref

Les masques dits « communautaires » permettent de protéger autrui sans mettre en danger l’approvisionnement médical. En effet, leur conception et leur utilisation sont les mêmes que celles du masque médical bleu clair, mais ils sont fabriqués dans des matériaux disponibles sur le marché et ne concurrencent donc pas les besoins médicaux. Les études les plus récentes sont continuellement prises en compte dans le choix des matériaux.
Par précaution, #monmasque est doté d’un compartiment supplémentaire. Dès qu’une quantité suffisante de tissu meltblown ou d’un autre matériau filtrant testé sera disponible, une couche de protection supplémentaire pourra ainsi être ajoutée.

  • 1 Le nouveau coronavirus se transmet de personne à personne par contact étroit et prolongé. Source
  • 2 La transmission se fait principalement par des gouttelettes ou par les mains, lorsqu’une personne porteuse éternue ou tousse et que des gouttelettes contagieuses se déposent sur ses mains. Pour cela, il n’est pas nécessaire de présenter des symptômes. Source
  • 3 Même si tu ne présentes aucun symptôme, tu peux être porteur/-euse du virus et contaminer d’autres personnes. Le port du masque te permettra alors de protéger les autres. Source
  • 4 Si les mesures sont assouplies, nous serons plus souvent dans des lieux publics. Et c’est là que nous risquons de contaminer des gens. Or, on peut protéger ces derniers en portant un masque. Et avec un masque, on se touche moins la bouche et le nez, ce qui réduit le risque de contamination par contact. Nous pouvons réduire considérablement ce risque en gardant nos distances, en nous lavant les mains et en portant un masque. Source
  • 5 Hong Kong a déjà réussi à contenir le virus. Une étude récente considère le port collectif de masques comme un facteur important de ce succès. De nombreux autres pays asiatiques ont un point de vue similaire, et s’étonnent que chez nous, ce moyen simple ne soit pas encore utilisé. Source

Porter un masque — oui, mais comme il faut !

  • 1 Respecte les règles de comportement et d’hygiène de la Confédération : garde une distance d’au moins deux mètres vis-à-vis d’autrui, lave-toi soigneusement les mains, évite de serrer la main à d’autres personnes, tousse et éternue dans un mouchoir ou dans ton coude. Parfois, le virus passe néanmoins à travers le masque et peut infecter autrui à une distance d’un ou deux mètres. Il faut donc être très prudents ! Source
  • 2 Le port du masque nous protège : lorsque tu sors, tu dois bien sûr toujours penser à te laver soigneusement les mains, avant et après la sortie, et à ne pas toucher ton masque. Sinon, tu augmentes le risque de te contaminer ou de contaminer quelqu’un d’autre. Si tu touches le masque, lave-toi les mains sans attendre et soigneusement. À l’air libre, surtout lorsqu’il fait froid, retire ton masque avant qu’il ne devienne humide. Mais porte-le sans faute quand tu es dans un magasin ou à proximité d’autres personnes.
  • 3 Ne porte pas le même masque pendant plus de 3 heures et change-le au plus tard lorsqu’il est humide. Un masque doit être lavé à une température d’au moins 60 degrés, ou bouilli pendant 5 minutes après chaque utilisation. Il doit avoir complètement séché avant d’être réutilisé.

Trois types de masques de protection

Tu trouveras ici des informations sur les types de masques de protection disponibles et sur la différence entre le masque simple en tissu d’une part, et d’autre part les masques d’hygiène et de protection respiratoire.

welche_schutzmaske_sinnvoll
  • #monmasque — des masques « communautaires » : les masques « communautaires » sont conçus pour être portés par le grand public. Nos masques en tissu sont multicouches et fabriqués à 100% en coton. Après utilisation, ils peuvent être lavés à plus de 60 degrés, après quoi ils peuvent être portés de nouveau. Ils ne protègent pas contre une contamination. Toutefois, ils protègent dans une certaine mesure les personnes qui se trouvent à proximité d’une personne contaminée.
  • Masques d’hygiène : les masques chirurgicaux sont destinés aux personnes présentant des symptômes de maladie et ne doivent être portés qu’une seule fois. Ils protègent les personnes se trouvant dans l’environnement du porteur contre tout contact avec des gouttelettes contenant le virus. Cependant, ils protègent moins le porteur, car de petites particules peuvent passer de l’extérieur vers l’intérieur du masque, notamment si le masque n’est pas bien ajusté sur le visage.
  • Masques de protection respiratoire : les masques de protection respiratoire de type FFP-2 protègent le porteur des polluants et des agents pathogènes présents dans l’air. Ils filtrent jusqu’aux plus infimes particules et garantissent qu’elles ne pénètrent pas à l’intérieur du masque. Les masques de protection respiratoire protègent donc à la fois le porteur et les autres personnes contre la contamination. Ils sont destinés à un usage unique, et au personnel médical uniquement.